Mémoires des esclavages

Marc MORVAN - Mémoires (des Esclavages) au Moulin Blanc à Brest. Photo Véronique BROD (007)

«Ma sculpture monumentale « Mémoires » des esclavages, c’est cinq années de dur labeur et de recherche de financement, pour 10 mètres de haut et 7 tonnes d’acier. Elle est réalisée, en plusieurs étapes, avec des tôles de construction navale déclassées. Mon investissement personnel en heures de travail et mon important apport financier pendant toute la période de réalisation, ont permis que la sculpture existe.
Ma sculpture est la lutte contre tous les esclavages, anciens et modernes. Maintenant, 45 millions de personnes sont esclaves, c’est beaucoup plus important que la traite négrière. Des gens me disent : « vous remuez le passé. La traite négrière c’est fini ! ». Mais ici, on ne parle pas de la traite négrière mais des esclavages, les mémoires des esclavages.

Je suis un descendant d’esclaves travaillant dans les plantations de Martinique. L’abolition de l’esclavage a permis à mes ancêtres de créer une rhumerie. Mon grand-père maternel était un descendant du fondateur de la rhumerie, Félicien Madkaud. Aujourd’hui, « Héritiers Madkaud » est un vieux rhum de légende. Après 60 ans de sommeil, le rhum est de nouveau fabriqué par Stéphane Madkaud qui rafle tous les prix et toutes les médailles pour son nom prestigieux.

La sculpture « Mémoires » surplombe le Port du Moulin Blanc à Brest, depuis le 10 mai 2015.

« Mémoires » est faite de tôles… qui rouillent maintenant. Deux grands masques vernis à 10 mètres de l’océan. Un grand Amer* face à la mer pour nous faire réfléchir. Cette sculpture, c’est un grand combat que j’ai payé très cher par le prix du sang, des larmes et de la souffrance. Une sculpture aimée qui donne des émotions aussi grandes que ces deux grands masques. La sculpture est fixée à Brest qui a financé le socle et l’éclairage. On ne peut dire si Brest a un long passé avec l’esclavage, mais c’est gardé secret, personne n’en parle. Tous les grands lieux ont déjà une sculpture ou un mémorial. Ici, à Brest, on attend un agrément Unesco pour que cette sculpture soit, un jour, l’une des sept sur la route de l’esclavage dans le monde.

Je suis le seul descendant d’esclaves qui est fait une sculpture monumentale contre l’esclavage. »

I
Marc MORVAN
Interview, le 29 octobre 2017.

*Amer : un point de repère fixe et identifiable sans ambiguïté utilisé pour la navigation maritime.

À propos d’« Héritiers Madkaud », deux articles où Stéphane Madkaud, propriétaire de la rhumerie, raconte l’histoire de celle-ci et dévoile les secrets de la qualité de son rhum.
• LE RHUM MADKAUD.
• POURQUOI LA QUALITÉ DU RHUM MADKAUD EST SANS PAREIL.

Marc MORVAN - Mémoires des Esclavages à Brest, 10 mai 2015. Photo Véronique BROD